« Comment je suis resté inconnu » Par Jean-Fabien

Comment-je-suis-reste-inconnu-Jean-Fabien

Pour écouter la chronique en audio, cliquez ici : https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-jean-fabien-editions-paul-mike

Les liens vers les extraits en mode audio sont plus bas (en écriture italique également, n’hésitez pas, c’est un régal).

————-

1ère chronique de l’année 2016 et attention, pas n’importe laquelle !!!

Aujourd’hui, « Comment je suis resté inconnu » par Jean-Fabien, aux Editons Paul&Mike.

Tout d’abord, (petit rituel, qui fait plaisir et en plus, c’est hyper sincère) je remercie les éditions Paul&Mike pour leur confiance renouvelée après la chronique du dernier Martial Victorain « L’homme en équilibre » (que vous pouvez retrouver sur le site de la Muse).

———–

L’histoire ? Allez, si vous voulez : C’est l’histoire de Jean-Fabien, qui a une petite vie pépère, plein de femmes à ses pieds, des sympas, des belles, des moins belles, des moches. (je reste gentille).

Jean-Fabien écrit. Et qu’écrit-il ? En fait, il souhaite devenir écrivain, et en attendant ce grand jour, merveilleux et magnifique où un éditeur le remarquera, il écrit à son taf (son travail, nous sommes bien d’accord), apprend « le code d’honneur » de son copain Franck (et là, on rigole une première fois, le code d’honneur, 🙂 c’est ça), et la seconde salve de rire sera pour l’ami pas «celui-du-petit-déjeuner» mais le fameux Franck, qui est, comme dire, « le-gars-qui-ne-fait-que-des-gaffes-mais-qu’on-aime-bien » (un boulet, quoi !).

Jean-Fabien écrit pour un journal féminin (si, si) d’où les chroniques du livre sont tirées (on vous le dit !!!). Il souhaite écrire son livre (ah ah ah, restons sérieux, quoi !!!).

Et Jean-Fabien a une copine, Servane, qui va lui jouer un coup pas sympa, même vache. Franchement, moi, on me jouerait un coup pareil, je n’apprécierai pas. Je crois qu’il n’a pas apprécié non plus.

Bon, on vous laisse découvrir l’histoire parce que quand même on ne va pas tout vous raconter (faut pas pousser).

Néanmoins, ce que La Muse en pense :

Pliée en deux (voire plus si j’étais plus souple) du début du livre à la fin. D’abord, pour la petite histoire, j’ai bien aimé la 1ère de couv’ (bleutée) c’est d’ailleurs grâce à la couleur conseillée par ma fille que j’ai lu le livre en premier (comme quoi, à quoi tient la chance d’être lu et chroniqué par La Muse. Ha ha, je rigole, choisi, oui, choniqué … voir l’article « La Muse ne chronique que du bon » !).

Sacrée pression pour faire la chronique, car le livre est très, très bien et du coup, j’ai vraiment envie de vous le faire découvrir et j’espère que vous l’apprécierez autant que je l’ai aimé.

Jean-Fabien a tout pour être heureux. Plein de femmes (voir ci-dessous les extraits), un pote génial (enfin, bon, c’est un vrai pote, au moins), il écrit bon, ok, pour un journal féminin, mais il écrit… Mais il a des problèmes. Et « c’est quand même vraiment problématique ces problèmes qui n’en sont peut-être pas ». (ouf, je vous laisse trouver le n° de la page de cette citation et me l’adresser en MP, vous gagnerez toute ma considération).

La structure du livre est très bien ficelée, avec un début et une fin (merveilleux, non ?) et des chapitres. Le livre se lit très bien, c’est un concentré de bonne humeur à lui tout seul, et on s’en resservirait bien une seconde tranche, rien que pour le fun. Et entre les chapitres, quelques chroniques dudit mag féminin, histoire de faire avancer l’histoire et de rire encore plus.

On n’aime pas, on adore !

 ————

Allez, deux trois extraits (c’est cadeau !) En italique, c’est en audio, il suffit de cliquer :

Le métier de Jean-Fabien :

https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-extrait-jeanfab-le-metier

« … et, il y a un petit problème. Deuxième fois qu’il utilisait ce terme : ce ne devait pas être bon signe. Cela constituait au moins une vilaine répétition. –Ma directrice m’a dit que demander à un mec euh … à un Jean-Fabien de répondre au courrier du cœur … Comment dire ? C’était pas très sérieux. – …. – Tu es toujours là ? – Je peux peut-être changer de patronyme, ai-je suggéré. Mon égo ayant été à de multiples reprises écrasé par moults membres inférieurs penchés sur des talons aux attitudes variées, je ne me voyais pas déclencher un scandale. Même si cela m’a convaincu que sa directrice était une sacré s……- Oui, bonne idée. Un pseudo de femme, ça te dérange ? m’a répondu Remy, confirmant que mon insulte à l’égard de sa patronne était amplement justifiée. Si lui qualifiait cela de problème, c’est le mot euphémisme qui me vint à l’esprit. »

Son ami Franck (le boulet) :

https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-extrait-franck-l-ami

« Descendez du véhicule ! Nous nous exécutons tant bien que mal, plutôt mal à vrai dire. Franck met environ 20 secondes avant de comprendre qu’il est indispensable d’enlever sa ceinture avant de se hasarder à sortir ».

« Bon conduite dangereuse en ville (…) c’est retrait de permis. Vous avez consommé de la drogue ? – Ah, non, pas aujourd’hui. – Mon Dieu. Je sens l’haleine de Franck d’ici. »

Ses femmes  (dans le désordre, son amoureuse, son autre amoureuse, sa chef, la petite nouvelle du taf, encore une amoureuse, une … non finalement …. quelle santé, Jean-Fab’ !!!) :

https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-extrait-les-femmes-le-physique

« Commençons par le physique. Non pas que ce soit la 1ère chose qui m’intéresse chez une femme, mais bon, il faut bien se lancer. Et il se trouve que c’est la 1ère chose que l’on distingue, bien visible au-dessus de la couche de connerie ».

https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-extrait-ma-chef-me-convoque

« Tibidou tibidou. Sans même regarder le téléphone, mon instinct m’indique que ma quiétude vient d’être troublée par ma chef. Sylvie m’appelle suffisamment pour que j’aie développé une sorte de 6ème sens. Je dis qu’elle m’appelle, mais le terme convoquer serait plus juste. (…). Elle me signale avoir analysé mes notes de téléphone, et qu’elle ne reconnaît pas certains numéros. Elle a hésité entre contacter directement le Quai d’Orsay, ou exiger une explication de ma part (…). C……sse. »

https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-extrait-les-femmes-et-dexter

« Elle a comme un flash. –Oh purée, il est déjà 11 h 30, il faut que j’y aille. – Ah bon ? – oui, Y’a Dexter qui va démarrer. La musique est forte (Tata yoyo) mais je crois pourtant avoir bien entendu. A peine ai-je le temps de déposer mon verre (qu’est-ce qu’il y a sous ton grand chapeauuuu), qu’elle se dirige déjà vers le vestiaire pour récupérer sa veste (dans ma tête y’a des tas d’oiseauuuux).»

https://djpod.com/lamusedesgones/comment-je-suis-reste-inconnu-extrait-les-femmes-la-demarche

« Plus elle s’approche et plus ma crainte grandit. Elle a la démarche d’un mammouth sous LSD et la grâce d’une truie sous cocaïne.»

———

Dites, vous saviez que pour le nouvel an, il est de tradition d’apporter un cadeau ? Ne venez pas les mains vides chez votre hôte. Achetez le dernier Jean-Fabien « Comment je suis resté inconnu » Editions Paul&Mike. Et puis, vous pouvez acheter toute l’année, hein. Quand on vous dira : waouuuu !!! (rien que ça), n’hésitez pas à dire que c’est La Muse qui vous a conseillé !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s