Catherine Rolland : « La solitude du pianiste »

La solitude du pianiste Catherine Rolland

Pour écouter la chronique, cliquez ici :

https://djpod.com/lamusedesgones/la-solitude-du-pianiste-catherine-rolland

La solitude du pianiste – Catherine Rolland

Catherine Rolland écrit, et écrit bien.

Après une première réussite, avec « Ceux d’en Haut », elle avait renouvelé et « Après l’Estive » avait rencontré le succès escompté.

Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas les chevaux qu’on ne pouvait pas lire « Ceux d’en haut » et « Après l’Estive ».

Là, c’est pareil. On n’est pas obligé d’aimer la musique, et encore moins le piano, pour dévorer, car tel est le mot « la solitude du pianiste », le dernier opus de Catherine Rolland.

L’auteure nous plonge dans une intrigue passionnante, déroutante, envoutante. En dix jours, et trois mouvements, comme une sonate de Beethoven.

L’histoire ?

L’histoire est celle de deux frères, Yann et Matthias. L’un est un musicien de très grand renom, l’autre un imminent cuisinier. Tous les deux ont perdu leur femme.

Ils ont chacun deux enfants, vivent sous le même toit, se connaissent, se complètent, s’adorent. Yann (le pianiste) va se produire pour un grand concert. Sa femme, Marie, est morte lors d’une mission humanitaire, quatre ans auparavant. Louise, l’agent de Yann, n’aime pas les hôpitaux. Et pourtant, elle va devoir s’y rendre. Yann aussi. Et comme la nièce de ce dernier, elle va découvrir (enfin, surtout Yann)… Hanna, une pétillante urgentiste… Mais aussi, tous vont découvrir l’impensable…

Ce que La Muse en pense :

Ce livre est d’une beauté absolue. Tout d’abord, parce que l’auteure maîtrise ce thriller épatant, plein de justesse et montant crescendo. Franchement, on ne peut que se laisser happer par l’intrigue, rondement menée par Catherine Rolland. Ensuite, parce que partant d’un banal fait divers (qui ne s’est pas retrouvé aux urgences, au moins une fois ???), l’auteure nous entraîne carrément dans Le Milieu. Mais quel Milieu ? (vous ne croyez quand même pas que je vais vous dévoiler l’intrigue, quand même).

Catherine Rolland signe là un magnifique roman, plein de suspens et de rebondissements. Au fur et à mesure de l’intrigue, on découvre, on comprend, et puis … non, il reste la moitié du livre lorsqu’on comprend, alors, ce n’est pas possible … Et bien si ! Et l’auteure de nous promener au gré des non-dits, des mensonges, des interrogations, de jouer avec nos nerfs une intrigue-partition aussi belle, aussi magnifique, mais aussi délicate que celle interprétée par son héros : la Waldstein, une des Sonates réputées les plus difficiles de Beethoven, que Yann jouera exceptionnellement à la fin de son concert.

Alors, La Muse dit « bravo, bravo Catherine Rolland, pour cette magnifique interprétation !!! » L’auteure a en effet composé son livre comme Beethoven en son temps, la Waldstein. Avec passion, et changement de sonorités, parfois spectaculaires, comme l’intrigue de ce livre haletant.

Alors, que vous soyez passionnés de piano … ou non, « La solitude du pianiste » de Catherine Rolland est le livre par excellence que vous ne pourrez pas poser avant le mot fin.

Et comme La Muse a lu tout le livre et qu’elle s’intéresse à tout, une toute petite précision (qui sera corrigée lors des rééditions et devrait être rajoutée en attendant) : C’est bien la Waldstein qu’a composée Beethoven (Catherine vous le confirmera lors de dédicaces).

 

La Muse remercie les Editions « Les Passionnés de Bouquins » pour l’envoi de leur SP (qui ressemble vraiment à un SP !!!) et Catherine Rolland pour les échanges fructueux que nous avons eus ensemble, les échanges passés, et, je le souhaite vraiment, les échanges à venir.

 

« La solitude du pianiste » de Catherine Rolland.

Editions « Les Passionnés de Bouquins ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s