Archives mensuelles : septembre 2016

A la découverte de … « Faribole et Mistigri » (Marie Garnier & Cloé Perrotin)

« Faribole et Mistigri »

Marie Garnier. Illustrations Cloé Perrotin. YIL Editions.

Pour écouter la chronique, c’est ici qu’il faut cliquer :

https://djpod.com/lamusenparle/faribole-et-mistigri-par-marie-garnier-et-cloe-perrotin

FARIBOLE-ET-MISTIGRI-COUV

Je suis ravie. Ra-vie, parce que je viens de recevoir le dernier livre de Marie Garnier, illustré par Cloé Perrotin : « Faribole et Mistigri ».

Je ne l’avais pas encore reçu, qu’il avait déjà remporté un prix : le 1er prix jeunesse Allevard. En même temps, cela ne m’étonne guère. Et « La Muse » l’a également reçu en SP des Editions YIL (merci merci merci).

Alors, voulez-vous que je vous chronique cette merveilleuse histoire ?

Allez, c’est parti !

L’histoire : C’est l’histoire de deux poissons, un gros et un petit. Faribole et Mistigri (je fais des rimes, pour cette chronique).

Faribole a des problèmes, des soucis, il pleure. Mais pourquoi ? Parce que les autres poissons se moquent de lui, le rejettent. Alors il est vraiment, très, très triste. Faribole est … gros. Mais non ! Il n’est pas gros, Faribole, il est différent, c’est un poisson exotique. Un jour, il va rencontrer Mistigri, un petit poisson, qui va lui faire le plus beau des cadeaux que je vous laisserai découvrir.

Ce que La Muse en pense : (je vous préviens de suite, je m’emballe sérieusement)

On retrouve Marie Garnier, auteure adorable, qui sait si bien emporter le cœur des enfants … et des plus grands. Marie écrit, Marie parle, Marie raconte. Marie anime, Marie explique, et toujours, toujours avec autant de passion, autant de gentillesse. Et elle raconte bien, ses histoires, ses belles histoires sur la différence. Elle sait très bien le faire, Marie, elle a un cœur gros comme ça, un cœur en or. Et cela se voit, cela se ressent dans son histoire.

« Faribole et Mistigri » est une très belle histoire sur l’entraide, le partage, la parole donnée, le regard des autres, la générosité et la gentillesse. On peut la lire aux plus petits, mais les plus grands aimeront également « Faribole et Mistigri ». L’idéal, comme avec La Muse, c’est de partager cette belle histoire.

Marie Garnier est déjà auteure de nombreux livres pour la jeunesse, et rencontre un succès important à chaque salon et même lors de ses interventions. Je l’ai vue, c’est bien simple, les enfants l’adorent !

—–

Je viendrai aux dessins par la suite, je vais d’abord parler de l’album en lui-même. Il m’a surprise ! En effet, j’avais déjà un livre jeunesse chez ce même éditeur (YIL, donc), et il était rectangulaire. « Faribole et Mistigri » est carré, et c’est sincèrement le format idéal pour des petites mains. Ce format m’a agréablement surprise. Le livre est carré, donc, bleu, ce qui est normal, « Faribole et Mistigri » sont dans la mer, ce sont des poissons … le livre est bleu, d’un très beau bleu, avec des touches de blanc et les poissons qui sont cachés derrière le titre sont également un peu en couleurs. Plus de blanc pour Faribole, plus de bleu pour Mistigri. Sur le 4ème de couverture, j’ai apprécié les petits poissons qui poussent un peu le texte, c’est assez drôle et très bien imaginé.

—–

Alors, parlons des illustrations, avec Cloé Perrotin, qui n’est pas qu’une illustratrice, et qui a fait son 1er salon du livre (et pas le dernier) avec La Muse qui a cru en elle et en ses réalisations (fière !!!). Je vous invite à foncer, à galoper sur son site, vous pourrez découvrir cette auteure, illustratrice, conceptrice d’idées de génie … (qui a conçu d’ailleurs des diplômes et jeux pour les animations de La Muse).

J’ai reçu le livre dédicacé par Cloé, et du coup, je suis ravie de l’avoir eu également pour La Muse, car cela me permet de comparer. Et je vous assure qu’on a l’impression qu’il est déjà dédicacé sur les premières et dernières pages (même si les dédicaces de Cloé sont absolument magnifiques).

A ce propos, une page de « libre expression » est ajoutée à la fin, et ça aussi, c’est un concept qui me plait énormément ! Laissez les enfants (ou les plus grands) réaliser leur Faribole et / ou leur Mistigri, ou écrire s’ils le préfèrent … Et ils peuvent envoyer le tout aux auteures !!!! Waouuuu.

L’illustratrice travaille à la main, en « technique traditionnelle » à main levée et parfois avec montages de plusieurs croquis réalisés et superposés sur tablette lumineuse, scan des illustrations et mise en couleurs en deux fois : technique traditionnelle (à l’aquarelle) puis technique numérique (celle qui a été retenue). – Bon, je vous le dis tout de go, je n’y connais absolument rien, je ne vois que les regards des enfants qui brillent, alors j’ai demandé 😉

Je n’avais jamais vu ce genre de dessins auparavant. C’est une technique qui est surprenante, et qui, de prime abord, ne m’emballait pas plus que cela (oui, je sais, je suis traditionnelle). Ahhh, ça surprend de lire cela, hein !!! Attendez, je n’ai pas terminé … j’ai été absolument conquise par la suite !!! Il y a d’abord beaucoup de contrastes (ce qui plaît énormément aux plus petits, ils sont fans de contrastes, c’est très bien). Il y a également des dessins « découpés en plusieurs images », un peu comme des planches de bandes dessinées, on a l’impression qu’il y a plusieurs dessins, alors qu’en fait, c’est un seul et même dessin, c’est très bien fait. On le lit en plusieurs fois, et entre, car, normalement à cet endroit, il devrait y avoir du blanc, on est bien d’accord, et bien NON !!! L’illustratrice a eu l’idée de génie de positionner des petites choses qui volent, des points d’interrogation coupés, des petites algues, une grenouille, … c’est vraiment très bien fait.

Il y a une multitude de petits détails à rechercher, au fur et à mesure des différentes lectures. Ces dessins, à force de chercher les rêves de Faribole, m’ont vraiment plu. On peut chercher à foison. Je pense que l’œil d’un enfant va être attiré d’abord par les couleurs, qui sont magnifiques, Faribole est pratiquement blanc (le blanc de la pureté, sans aucun doute), tout l’univers autour de lui est coloré, vous allez franchement vous régaler.

Je sais que derrière ces dessins, il y a un travail énorme. C’est splendide. Bravo, Cloé !

Le petit truc en plus, c’est que l’illustratrice a placé deux / trois petites choses rigolotes : moi j’ai trouvé des fraises (si, si), et j’ai trouvé Moka (YESSSS !!!), que Cloé Perrotin a glissé malicieusement, je vous laisserai trouver la page. Alors, ça, c’est tout simplement génial : replacer le personnage d’une autre série, sans que cela gêne la lecture. Moka, c’est une loutre. Elle existe dans d’autres albums de Cloé. J’adore ce principe. Je vous explique : certains auteurs (Roland Fuentès, le fait beaucoup) le pratiquent souvent (le petit rappel d’un autre personnage ou un clin d’œil à un personnage ayant existé …), les illustrateurs, doivent s’amuser à placer discrètement leurs personnages, j’adore les trouver, et c’est souvent à la 3ème ou 4ème lecture. Bravo, Cloé, pour ce travail d’orfèvre !

Franchement, je vous conseille « Faribole et Mistigri », un bel album sur la différence et l’acceptation, écrit par Marie Garnier, illustré par Cloé Perrotin, conçu en police Open Dyslexique, fabriqué en France.

Marie sera présente au salon d’Arnas le 20 novembre prochain. J’y serai pour ma dédicace. Je ne sais pas si Cloé sera présente, mais n’hésitez pas à aller rencontrer Marie. Vous serez conquis !
« Faribole et Mistigri » Marie Garnier et Cloé Perrotin. YIL Editions.

Un grand merci à YIL pour le SP.

les liens FB :

https://www.facebook.com/CloePerrotinIllustretVous

https://www.facebook.com/Marie-garnier-auteur-152187934799213/?fref=ts

https://www.facebook.com/yileditions

le site de Cloé (notamment, pour le livre) : http://www.cloe-perrotin.com/2016/08/21/faribole-et-mistigri-re%C3%A7oit-le-1er-prix-jeunesse-du-salon-du-livre-d-allevard-2016/

 

 

 

Publicités